[Légende] La légende du Kyūketsuki - Le Buveur de Sang

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

[Légende] La légende du Kyūketsuki - Le Buveur de Sang

Message par Arkael le Mer 17 Jan - 12:53


Dans les montagnes lointaines du royaume d’Othard vivait un jeune guerrier aspirant à un grand et honorable avenir par les armes. Il avait la vaillance, la force, l'honneur et les convictions pour réaliser ses rêves et travailla dur dès son plus jeune âge, pour obtenir le droit de servir sa tribu, si petit était-elle.
Les Lohikaarme ne représentait alors qu’un insignifiant village de montagne Xaela, bien loin au nord, à l’écart même des plaines, où les hommes vivaient de la chasse et du travail du fer qu’ils pouvaient extraire de leur environnement. Les guerriers les plus vaillants représentaient leurs frères et soeurs dans les réunions de tribu de la région et leur armes et outils de métal, d’une qualité rare pour l’endroit, leurs offraient un poids non négligeable dans les décisions prises.

Le jeune apprenti n'était alors âgé que d’une dizaine d’années lorsqu’il aborda les prémices de sa longue formation et qu’il fit au hasard de son voyage une rencontre qui allait changer le cours de sa vie, et les générations qui suivraient après lui.

Comme le voulait la tradition, il accompagnait son maître pour une initiation qui devait durer plusieurs années sur les routes sur monde. Le vieux guerrier du nom de Odgoko, devait se rendre dans un autre village qui souffrait depuis quelques mois déjà de famine à la suite de plusieurs épidémies dans les troupeaux sauvages. La région semblait avoir été ravagé par une mystérieuse affection. Les shamans déjà sur place furent formels, la source de ce mal n'était pas d'ordre naturelle et quelque chose de sombre avait été apporté ici dans le but de faire fuire ou de se débarrasser définitivement la population du village.
La famine avait déjà commencé à faire son oeuvre et les plus fragiles n’étaient déjà plus de ce monde. Les habitants restant, maigres et apeurés de ce que que les prochaines semaines allaient leur réserver, cherchaient désespérément un coupable à tout cela. L’odeur de chaires brûlées qui envahissait les chemins entre les yourtes permi à Odgoko de conclure qu’ils avaient visiblement déjà essayé de faire justice eux-même.
Peu habitué à ce genre de spectacle, le jeune apprenti ne fut que peu rassuré par tant de souffrance et de désolation. C'était la première fois qu’il quittait ses terres natales, la tribu Lohikaarme ne voyageait jamais, ou très rarement, hors de montagnes, mais Odgoko l’avait jugé déjà prêt à affronter son quotidien qui le menait aussi loin..
Il décida en premier lieu d’installer leur tente afin de pouvoir en apprendre plus sur ce mal étrange qui avait si soudainement frappé ce village, doutant fortement que la lucidité actuelle des villageois aient pu stopper le véritable coupable.
Après avoir avalé une maigre soupe et échangé quelques conversations avec l’aubergiste, ils prirent une yourt pour quelques jours.
Le jeune Lohikaarme ne parvenait cependant pas à fermer l'oeil face à tant de souffrance et cette odeur nauséabonde de corps brûlé ne le faisait que trop réfléchir sur ce que les hommes pouvaient faire face à cela. Il finit par se lever sans bruit et décida de quitter sa chambre pour aller marcher un peu et tenter de se vider l’esprit.

C'est au détour d'une ruelle qu'il aperçut cette petite fille qui ne devait même pas avoir encore son âge. Elle se tenait debout, simplement vêtu de lambeaux de tissus, les pieds nus et ses yeux mauves fixés sur lui. Elle paraissait l’attendre.
Le jeune Kelal fut d’abord surpris de cette rencontre fortuite, mais il n'observa aucune réaction de la part de la petite fille qui continuait à le dévisager sans un mot. Il finit par approcher.
A l’instant où il allait prononcer ses premier mots il se fit interrompre par un un doigt sur ses lèvres.

- Tu ne dois rien dire, dit la petite fille, je ne dois pas être là... ma mère n’est plus maintenant, et ils me cherchent…

Kelal resta interloqué, ne semblant pas comprendre.

- Parce que nous sommes différentes. Parce qu’ils ont besoin d’un coupable à leur malheur, et parce que tu es comme nous.

- Comme vous ? s'interrogea le garçon.

- Nous t’avons vu dans nos rêves Kelal. J’ai perçu notre rencontre, et bien plus.

Kelal se figea, une étrange sensation lui nouant le ventre. Mais le doux visage de cette jeune fille restait la seule chose rassurante autour de lui. Silencieusement, il lui pris la main et l'amena jusqu’à Odgoko. Ce dernier lui offrit  d’abord de quoi se vétir plus dignement et sorti quelques provisions de voyage qu'elle ne tarda pas à dévorer. Elle fini par relever les yeux sur Kelal.

Nul n’a jamais vraiment su ce qui s’était dit cette nuit là entre les trois protagonistes, mais nul doute que le destin du jeune Kelal bascula à ce moment.

Le lendemain matin ils quittaient tous trois le village, cachant la jeune fille sous une coule épaisse afin qu’elle ne finisse pas comme sa mère. Leurs pas les menèrent à une profonde grotte que seule la jeune fille savait encore retrouver, où sommeillaient un antique pouvoir insondables. Certaines autres légendes mentionnent le nom de Grotte Ecarlate, qui auraient dans les temps anciens abrité de sombres entitées méconnues du monde mortel mais nul n’en a jamais su plus sur le sujet. Ce qu’il y trouva pu être considéré comme un don ou une malédiction, mais ce pouvoir allait guider et forger toute la vie du jeune Kelal jusqu’à en bâtir sa propre lignée.


Au fil des années, Kelal forgea ensuite sa propre légende. Du jeune guerrier il passa au jeune prodige de bataille et se fit un nom au prix du sang. Année après année les faits d’armes venaient étoffer sa réputation aussi glorieuse que sombre. Beaucoup de rumeurs prirent naissance lorsqu’il revenait triomphant de massacres innommables où personne d’humain n’aurait pu survivre. Sa capacité à rester et vie et à tuer ses ennemis par dizaine, puis par centaine, enflammèrent les récits de cette époque loigntaine. Beaucoup le disaient surhumain, d’autres le pensaient immortel, possesseur d’un savoir puissant et oublié, certain murmuraient même à une engeance démoniaque se nourrissant du sang de ses ennemis pour le seul plaisir de semer mort et désolation sur son chemin.
C’est ainsi que le Kyuketsuki naquit dans le feu de ces massacres et la légende s’inscrit dans les traditions des montagnes du nord.
Son influence sur les champs de bataille fut telle qu’il en gagna l’admiration et le respect de ses paires Xaela, mais son ambition n’allait pas se contenter des montagnes du nord, ni des plaines d’Azim. Son destin le poussa bien loin de son village natal et il finit par rejoindre les armées Domiennes. Les exploits continuèrent sous les yeux des généraux Raens qui le récompensairent à hauteur de la gloire qui rejaillissait sur leurs armées. Il avait gagné son honneur au prix du sang, il amassait gloires et richesses, et il avait maintenant un nom reconnu de tous. Il finit par s’installer définitivement sur les terres Domiennes pour y fonder sa propre famille.

Son nom résonna fort longtemps sur les champs de bataille tel une sombre augure pour ses adversaires. Une lame immense et redoutable que rien ne semblait pouvoir arrêter une fois que le premier sang avait coulé. Il fut capable de renverser le cours de batailles perdue d’avance et n’a jamais pu être tué au cours de ses innombrables combats. Beaucoup tentairent de découvrir le secret d’une telle force, tant de choses soupçonnés et fantasmés mais dont nul n’a jamais pu percer les arcanes, ou du moins n’a jamais survécu assez longtemps pour les partager.
A travers l’histoire c’est la longue lame qu’il arborait pendant les batailles qui marqua finalement les écrits et les légendes orales. Un Nodashi qu’il affectionnait particulièrement, duquel pouvait émaner dit-on une sombre aura rougeoyante et presque vivante lorsqu’il fauchait à répétition les vies les unes après les autres, et avec lequel il commit ses plus atroces massacres. Une lame qui ne le quitta jamais et qui donna son nom à la légende du Kyūketsuki - le Buveur de Sang.


Kelal fini par mourir de la plus glorieuse des morts, chez lui, entouré de sa famille au sein de la demeure qu’il avait lui-même bâtit. Sa lignée allait alors s’établir pour de nombreux siècles dans la société Domienne.
Le premier des Seigneur de la Famille Lohikaarme était né, avait combattu toute sa vie durant, et s’était éteint dans l’honneur de ceux qui ont accompli leur devoir.
Ses fils allaient alors faire perdurer son sang jusqu’à aujourd’hui, mais aucun d’entre eux n’ont jamais égaler leur ancêtre, que certains encore considèrent comme un Kami.

Nul ne sait ce qu’est devenu cette jeune fille qui, toute jeune, avait accompagné le guerrier sur cette voie. Il se raconte qu’ils se revirent par la suite et qu’elle aurait vécu non loin de Doma, mais elle ne reparut jamais à la lumière de la vie de la famille Lohikkarme. On dit que cette lignée perdure encore de nos jours également, héritiers d’un noms diffus dans les légendes anciennes, porteur de leur passé et de leurs savoir plus que d’un quelconque pouvoir aujourd’hui.

avatar
Arkael

Messages : 48
Date d'inscription : 29/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum